mercredi 9 avril 2008

Doomsday

doomsdayde Neil MARSHALL : Fans de ciné des 80's (comme moi) ce film est fait pour vous. Voici que débarque dans nos contrés (hélas dans très peu de salles comme beaucoup de films de genre ces derniers temps) le dernier film de Neil Marshall le réalisateur du génialissime The descent. En effet à l'instar des Tarantino/Rodriguez et de leur Grindhouse, Marshall nous livre un pur film de fanboy en hommage à son genre préféré, celui des 80's. Il avait annoncé la couleur, "je voulait faire un pur divertissement", il y parvient haut la main tant son film est sincère et généreux. Marshall n'y va pas par quatre chemins avec ses références, Doomsday est un véritable mix entre New-York 1997, Mad Max II, Aliens, Les guerriers de la nuit et les Z italiens post-nuken. Son héroïne, la superbe Rhona Mitra, est carrément le double au féminin du Snake Plissken de Carpenter, elle est même borgne comme lui. La réalisation est elle aussi très 80's évitant au maximum les effets numériques. La musique est au diapason, typiquement de l'époque, Franky goes to Hollywood et consort accompagnent les morceaux de bravoure de Doomsday. Et quel morceaux de bravoure, ça ne s'arrête jamais, c'est ultra gore (putain ça charcle grave), bourrin et parfois pornawesque, ce qui rend Doomsday jouissif à souhait. Et même si le budget n'est que de 30 millions de $, il transpire à l'écran et fait la nique à bien de blockbusters actuels. Alors oui Doomsday n'est pas parfait, c'est parfois too much, ça n'invente rien, c'est un best off, mais c'est toujours fait dans l'esprit et c'est ce qui fait de ce film une réussite et un culte en puissance.

7/10
  

Posté par golgoth 67 à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Doomsday

Nouveau commentaire